Douleur de genou chez l’enfant : tout savoir sur la maladie d’Osgood-Schlatter

Par Stéphane Manson, ostéopathe à Charenton Le Pont

Votre enfant a mal au genou ? Il peut présenter une pathologie de croissance ; la maladie d’Osgood-Schlatter. C’est une pathologie qui touche l’articulation du genou, qui entraîne une inflammation au niveau du tissu osseux abritant le cartilage de croissance (situé sous la rotule). Elle est bénigne dans la majorité des cas et atteint essentiellement des enfants qui pratiquent un sport de manière intensive.

Votre enfant a mal au genou, comment savoir si ses douleurs sont liées à la maladie d’Osgood-Schlatter ? Quels sont les symptômes de cette maladie de croissance du genou ? Comment la soigne-t-on ? Nous allons répondre à toutes ces questions.

 

Qu’est-ce qu’une maladie de croissance

La maladie de croissance est une maladie qui touche le cartilage de croissance chez l’enfant dont les os grandissent.

Le cartilage de croissance est la zone située près de l’extrémité d’un os long où se produit la croissance osseuse. La plaque de croissance est constituée de cartilage, un tissu souple et flexible qui aide les os à se développer.

Outre la maladie d’Osgood-Schlatter que nous allons détailler, il existe plusieurs pathologies de croissance chez l’enfant qui peuvent affecter un ou plusieurs os.

 

La maladie de Sever

La maladie de Sever est causée par l’inflammation de la plaque de croissance de l’os du talon. Elle touche le plus souvent les enfants âgés de 10 à 15 ans et se caractérise par une douleur au niveau du talon chez l’enfant pendant l’exercice, en particulier la course. Cela peut parfois se manifester en bas de la jambe, au niveau du tendon et peut ressembler à une contracture au mollet.

 

La maladie de Sinding Larsen Johansson

La maladie de Sinding Larsen Johansson est une affection qui touche la plaque de croissance du genou. Elle est causée par une inflammation et se traduit par une douleur au niveau de la rotule et une raideur du genou. Dans ce cas également, l’enfant a mal au genou pendant le sport mais aussi en dehors. A la différence de la maladie d’Osgood- Schlatter, la douleur se situe au niveau de la rotule plutôt que sous le genou.

 

La maladie de Scheuermann

La maladie de Scheuermann est une affection qui touche les plaques de croissance de la colonne vertébrale. Elle est causée par une croissance anormale des vertèbres. Elle se traduit dans un premier temps par une douleur dans le milieu du dos. Par la suite un aspect bossu de la colonne vertébrale peut se mettre en place.

 

La maladie d’Osgood-Schlatter

L’articulation du genou relie l’os de la cuisse (le fémur) à l’os de la jambe (le tibia). La rotule (la patella) est le 3ème os de l’articulation, qui est englobé par le quadriceps, dont le tendon rotulien s’attache sur la partie haute du tibia ; la tubérosité tibiale antérieure.

La maladie d’Osgood-Schlatter est une ostéochondrose ou ostéochondrite tibiale antérieure. Elle est due à une inflammation au niveau osseux de cette tubérosité tibiale antérieure qui reçoit le tendon de la rotule.

Cette affection touche les enfants âgés de 8 à 15 ans. Principalement les garçons qui pratiquent une activité sportive mobilisant l’articulation du genou (football, tennis, course à pied, basket-ball, volley-ball, danse), de manière intensive. Dans 30 % des cas recensés, les deux genoux sont atteints.

Cette maladie de croissance a été décrite en 1903 par les médecins qui lui ont donné son nom (le docteur Osgood et le docteur Schlatter).

 

Maladie d’Osgood-Schlatter : quelles sont les causes ?

Le genou de l'enfant - Osgood

La maladie d’Osgood-Schlatter est liée aux micro-traumatismes exercés par le tendon rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure. Elle est favorisée par la pratique d’une activité sportive sollicitant le mouvement d’extension (saut, course), particulièrement en phase de croissance. Ces mouvements contractent fortement le quadriceps, le muscle de la cuisse, qui crée des contraintes fortes sur son insertion au niveau du tibia.

Ces lésions entraînent ensuite une inflammation qui est à l’origine des douleurs à la mobilisation et éventuellement la formation d’une protubérance sous la rotule. Un enfant qui a mal au genou peut présenter cette pathologie.

Chez certains enfants, cette maladie de croissance apparaît sans qu’il n’y ait de facteurs favorisants. mais la plupart du temps, les facteurs qui majorent les risques d’apparition de la maladie sont bien identifiés :

  • une phase de croissance rapide,
  • une raideur au niveau de l’articulation,
  • ou le fait de faire du sport intensif.

 

Les symptômes autres que l’enfant qui a mal au genou

L’aspect « mécanique » de la douleur au genou de l’enfant

Le principal signe évocateur de la maladie Osgood-Schlatter est une douleur mécanique, déclenchée lors de la mobilisation. L’enfant a mal au genou lorsqu’il marche, monte les escaliers, lorsqu’il fait du sport ou au repos. Parfois, la position accroupie ne peut être maintenue à cause de la douleur au genou. En outre, une boiterie peut s’installer et gêner la mobilité.

 

Une douleur à la palpation

L’enfant a mal au genou lorsqu’on appuie sur la petite protubérance osseuse sous le genou ; la tubérosité tibiale.

douleurs genou enfant

Symptômes maladie Osgood Schlatter

Une protubérance osseuse plus marquée sous le genou

Des symptômes supplémentaires, tels que la formation d’une excroissance plus importante peut se mettre en place : une bosse très marquée sous le genou.

 

Des signes inflammatoires rares

Toutefois, les signes classiques d’inflammation (rougeur, oedème) sont plutôt rares.

 

Si votre enfant a mal au genou et présente les symptômes décrits ci-dessus, n’hésitez pas à consulter un médecin ou un pédiatre. Le professionnel de santé réalisera un examen clinique et prescrira des examens complémentaires (radiographie du genou) afin d’aider au diagnostic de la maladie d’Osgood-Schlatter.

 

Comment soigner la maladie d’Osgood-Schlatter ?

La maladie d’Osgood-Schlatter étant liées aux contraintes mécaniques répétées au niveau de l’insertion du tendon rotulien, le traitement s’appuie avant tout sur le repos.

Il est donc préconisé d’arrêter toutes les activités sportives pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois en fonction de l’intensité de la douleur au genou de l’enfant, jusqu’à la disparition de la douleur. En parallèle, l’enfant atteint doit également restreindre ses déplacements, afin de solliciter l’articulation le moins possible.

Si la douleur est trop importante, le médecin prescrit un traitement antalgique (paracétamol). Dans certains cas, un traitement anti-inflammatoire peut être proposé. Pas question de faire une infiltration du genou chez un enfant par contre !

Si la période de repos ne suffit pas à éliminer la douleur, une immobilisation de l’articulation peut être réalisée. Même si cela reste rare. Pour ce faire, le médecin effectue une immobilisation plâtrée, une pose de résine ou d’orthèse.

En complément des traitements cités ci-dessus, des séances de kinésithérapie, basées sur des exercices d’étirement favorisent la récupération d’une mobilité optimale.

Si l’enfant a mal au genou en permanence, des glaçages peuvent aider à soulager la douleur.

 

Osgood-Schlatter est-ce grave ? L’évolution de la maladie

La maladie d’Osgood-Schlatter est bénigne dans la majorité des cas (plus de 90 % des cas).

Cependant, dans de rares cas, le temps de guérison est assez long (supérieur à 18 mois). La récupération peut être effective après 2 ans ou à la fin de la croissance. De plus, il est possible que des séquelles s’installent. Elles sont liées à la formation de calcifications qui se sont installées sur le tendon rotulien. Dans ce cas, l’enfant a mal au genou de manière cyclique et une certaine fragilité du genou peuvent s’observer, même à l’âge adulte.

Il faut donc veiller à respecter le repos strict et l’arrêt des activités sportives. La douleur est un bon indicateur de l’évolution de la maladie. Sa disparition est un signe de guérison.

En cas de récidive, le médecin prescrit une immobilisation plâtrée (durée 3 à 4 semaines) ou la pose d’une attelle. Le genou est en outre maintenu en extension la majeure partie du temps pour reposer l’articulation. Enfin, tout comme les complications, les récidives restent rares.

 

Quand et comment reprendre le sport ?

Pour favoriser une guérison rapide et éviter les récidives, il est recommandé de reprendre le sport de manière très progressive. Il faut éviter de courir, sauter au cours de longues séances, comme cela pouvait être le cas avant l’apparition de la maladie.

Reprendre le sport en privilégiant la pratique d’une activité douce, comme la natation, puis le vélo est la solution idéale. Si les séances se passent bien et qu’aucune douleur au genou ne réapparaît après plusieurs semaines, les jeunes peuvent reprendre des activités plus intenses, comme le football, le basket-ball, le tennis ou la course à pied. Il est important de bien contrôler que le geste sportif soit bien effectuer. Par exemple, la foulée est très importante quand on débute la course à pied.

Si votre enfant a mal au genou de nouveau, il faut malheureusement stopper ses activités encore une fois.

Il est primordial de veiller à ce que l’enfant comprenne l’intérêt de pratiquer des échauffements avant chaque début de séance. Les étirements permettent de préserver les muscles et les articulations et d’éviter de nouveaux traumatismes ou la reprise des douleurs.

 

Pour en savoir plus : La maladie d’Osgood-Schlatter – Revue Médicale Suisse

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Stephane Manson osteopathe Charenton 94

Stéphane Manson
Ostéopathe, Kinésithérapeute, Éducateur sportif,  DU Posturologie Clinique, certifié La Clinique du Coureur

« J’adore lire la littérature médicale, les études, les articles sur la médecine en général. Je publie chaque semaine des nouveaux articles sur le thème de la santé. Suivez-moi sur Facebook pour vous tenir informé(e) ! »