Comment savoir si j’ai une phlébite au mollet ?

Par Stéphane Manson, ostéopathe à Charenton Le Pont

Une phlébite est un caillot sanguin qui bloque la circulation sanguine, au niveau d’une veine. Cela peut se produire dans un vaisseau sanguin de différentes parties du corps mais la phlébite au mollet est la plus fréquente. Ce caillot peut migrer et provoquer des pathologies graves telles qu’un accident vasculaire cérébral (AVC), une embolie pulmonaire ou encore un infarctus du myocarde. Il faut donc mettre en place un traitement rapidement afin d’éviter ces complications éventuelles. Quels sont les symptômes d’une phlébite ? Quels sont les facteurs qui la favorisent ? Comment traiter une phlébite ? Faisons le point dans cet article.

 

Qu’est-ce qu’une phlébite ?

Une phlébite, également nommée thrombophlébite ou thrombose veineuse, correspond à la formation d’un caillot de sang dans une veine superficielle ou profonde.

phlebite que faire urgent

Formation de la phlébite

Le caillot ou thrombus est situé au niveau des membres inférieurs dans 90% des cas. La phlébite au mollet étant la plus courante. Cependant, la phlébite peut être localisée dans toutes les parties du corps.

On distingue la thrombose veineuse superficielle, affection considérée sans gravité, qui touche une veine située principalement sous la peau, de la thrombose veineuse profonde, maladie plus grave. Dans ce dernier cas, il est important de traiter cette pathologie de manière précoce, car le caillot peut migrer et entraîner des complications importantes, telles que :

  • Une embolie pulmonaire : le thrombus remonte vers le haut du corps et obstrue l’artère pulmonaire, bloquant ainsi l’afflux sanguin vers le poumon. Il s’agit d’une urgence absolue. Le pronostic vital est engagé.
  • Un accident vasculaire cérébral : le caillot remonte jusqu’aux veines irriguant le cerveau. Celui-ci n’est plus irrigué. Cela peut provoquer le décès ou l’hémiplégie.
  • Un infarctus du myocarde : Une ou des artères coronaires qui oxygènent le cœur sont obstruées. Des lésions cardiaques peuvent se constituer et provoquer le décès.

 

Tous les symptômes de la phlébite au mollet

La phlébite au mollet est la plus fréquente de cette affection. Certains signes doivent alerter afin de réagir au plus vite.

Les symptômes de la phlébite au mollet sont :

  • une rougeur localisé sur l’arrière la jambe,
  • le mollet est chaud,
  • une douleur dans le mollet un peu diffuse, augmentée par la flexion du pied,
  • perte de ballottement du mollet : il devient rigide,
  • éventuellement la présence d’une induration ou d’un œdème
  • éventuellement la présence d’une fièvre modérée.

 

Voici le test de flexion du pied pour la phlébite au mollet. Ayez à l’esprit que ce test seul, n’est pas suffisant car il peut correspondre à beaucoup de pathologies du mollet s’il est positif :

La phlébite au mollet est la plus courante, mais d’autres zones peuvent être touchées. En cas de phlébite située au niveau de l’abdomen, du bassin ou du thorax, un œdème apparaît parfois au niveau des deux bras ou des deux jambes. Des douleurs abdominales ou lombaires, ainsi que des vomissements ou des affections urinaires sont constatés chez certains patients.

Lorsque vous présentez des symptômes de phlébite, il est recommandé de ne pas bouger et de consulter rapidement un médecin.

 

Les causes de la phlébite

Les principales causes de la phlébite et les principaux phénomènes à l’origine de la formation de ce caillot sont :

  • La stagnation du sang dans la veine ou une circulation sanguine très ralentie. Cela se produit lors du port d’un plâtre, d’un alitement prolongé ou après une opération chirurgicale par exemple.
  • Une lésion de la paroi de la veine qui entraîne un phénomène de coagulation du sang.
  • Un sang qui coagule trop ; qui n’est pas assez « liquide ». Cela peut s’observer chez les femmes enceintes par exemple.
  • Certains traitements médicamenteux qui augmentent le risque de la formation de phlébite. Comme les contraceptifs oraux, les corticostéroïdes, les traitements hormonaux de substitution.
  • Un cancer qui peut comprimer une veine.
  • L’obésité augmenterait le risque de phlébite.
  • Le tabagisme est un facteur favorisant également.

Des précautions doivent être prises au cours d’une immobilisation prolongée (alitement dans le cadre d’une hospitalisation, station assise au cours d’un voyage en avion), en cas de surpoids ou d’obésité, de tabagisme, en cas d’hypertension artérielle ou en cours de grossesse.

Le port de contentions (bas de contention) est donc recommandé aux voyageurs qui prennent l’avion pendant plusieurs heures, afin de prévenir l’apparition de phlébite au mollet notamment.

 

Diagnostic de la phlébite

Pour poser le diagnostic, le médecin réalise un examen clinique et prescrit des examens complémentaires. Des examens sanguins (D-Dimères, bilan de coagulation), ainsi qu’un écho-doppler veineux (examen basé sur l’utilisation d’ultrasons qui permet de mettre en évidence le réseau veineux) sont réalisés.

Les D-Dimères sont des produits qui témoignent de la dégradation de la fibrine (une substance qui intervient dans le cadre de la coagulation). Si le résultat des D-dimères est positif, et que l’écho-doppler permet de visualiser la présence de caillots, le diagnostic de phlébite est confirmé.

 

Les affections qui ressemblent à la phlébite au mollet mais qui n’en sont pas

Certaines affections peuvent être confondues avec la phlébite au mollet. Parmi elles, citons

 

Traitement de la phlébite

Que faire si on a une phlébite ?

Si vous suspectez une phlébite au mollet ou ailleurs, il faut éviter de marcher et bouger le moins possible. Vous devez appeler un médecin ou le 15 afin de la traiter au plus vite.

 

Traitement d’une thrombose superficielle

Comme nous l’avons évoqué au début de cet article, les thromboses veineuses superficielles sont souvent bénignes.

Les traitements s’appuient sur :

  • l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens sous forme de gel, pommade ou crème pendant une à deux semaines,
  • l’application de compresses tièdes 3 fois par jour pendant 15 minutes sur la veine atteinte,
  • la surélévation des jambes (ou du bras) lors du repos.

Le port de bas ou de bandes de contention, ainsi que des injections d’anticoagulants s’avèrent nécessaires pour certains patients.

 

Traitement d’une phlébite ou thrombose veineuse profonde

La phlébite est traitée principalement par voie médicamenteuse. Le médecin prescrit soit :

  • Des injections intraveineuses d’héparine ou des injections d’HBPM (Héparine à bas poids moléculaire) pendant une période donnée (plusieurs semaines, voire plusieurs mois). Ces injections sont effectuées par voie sous-cutanée. Une surveillance biologique est réalisée en parallèle, afin de vérifier l’efficacité du traitement et de prévenir les effets indésirables.
  • Soit un traitement anticoagulant par voie orale : administration d’anti-vitamines K ou AVK (toujours sous surveillance biologique, avec bilans sanguins réguliers). Ce traitement est généralement mis en place en relais des HBPM et programmé pendant quelques semaines, plusieurs années, ou à vie, selon les cas.
  • Depuis quelques années, de nouveaux traitements sont apparus. Il s’agit des anticoagulants oraux directs ou AOD. Leur efficacité a été démontrée, et ils peuvent être administrés sans surveillance biologique particulière.
  • Le port de bas de contention.

 

Des risques de récidive élevés

Les récidives de phlébite sont fréquentes au cours de l’année qui suit le diagnostic d’une thrombose veineuse profonde.

Cela peut s’expliquer par le fait que la première prise en charge n’a pas permis de venir à bout complètement du thrombus. Ce dernier n’a donc pas été entièrement dissous.

Pour prévenir la récidive de phlébite au mollet et ailleurs, il est recommandé de privilégier une mobilisation rapide, après une intervention, de porter des bas de contention de classe II lors d’un vol au long cours, de mobiliser ses jambes (flexion-extension) au cours du voyage.

Surveillez également l’apparition des signes de phlébite décrits dans les paragraphes précédents afin de mettre en place un traitement de manière précoce.

En cas de doute, n’hésitez pas à demander à votre médecin.

 

Pour en savoir plus sur la phlébite au mollet : La phlébite – Ameli.fr

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Stephane Manson osteopathe Charenton 94

Stéphane Manson
Ostéopathe, Kinésithérapeute, Éducateur sportif,  DU Posturologie Clinique, certifié La Clinique du Coureur

« J’adore lire la littérature médicale, les études, les articles sur la médecine en général. Je publie chaque semaine des nouveaux articles sur le thème de la santé. Suivez-moi sur Facebook pour vous tenir informé(e) ! »