Quand aller aux urgences pour une sciatique ?

Par Stéphane Manson, ostéopathe à Charenton Le Pont

La sciatique est un problème assez fréquent. Dans certains cas, il faut aller aux urgences pour une sciatique afin de vérifier si un libération chirurgicale est nécessaire.

 

Qu’est-ce que la sciatique ?

trajet nerf sciatique

Trajet du nerf sciatique

La sciatique est le résultat de la compression du nerf sciatique, plus gros nerf du corps humain. Il sort de la colonne vertébrale au niveau des vertèbres lombaires, en regard des 2 derniers disques intervertébraux L4-L5 et L5-S1.

La crise de sciatique se caractérise par une douleur localisée dans la colonne lombaire (bas du dos), qui passe par la fesse, puis l’arrière de la cuisse et le mollet jusqu’au pied.

Selon l’étage vertébral problématique, les douleurs peuvent différer un peu :

  • L’arrière de la cuisse et le mollet, puis à l’extérieur du pied quand le sciatique est comprimé au niveau L5-S1.
  • Ou plutôt à l’extérieur de la cuisse et de la jambe jusqu’au gros orteil lorsqu’il s’agit de la racine nerveuse L4-L5.

La sciatique survient après une fatigue, un surmenage lombaire ou encore un traumatisme. Cela intervient parfois chez des sujets sains, mais un antécédent de douleurs lombaires, de hernie discale est souvent mis en avant.

Dans la plupart des cas, la sciatique n’est pas grave. Même si les douleurs peuvent être fortes, s’il est difficile de trouver une bonne position pour dormir avec une sciatique. Cependant, certaines sciatiques nécessitent d’aller aux urgences.

 

Dans quels cas aller aux urgences pour une sciatique ?

Dans ces 3 cas de figure, il faut aller aux urgences pour vérifier que l’atteinte nerveuse ne nécessite pas un traitement chirurgical. Il ne s’agit pas de faire du sport avec ces symptômes de sciatique, même s’il s’agit de sport doux. Le yoga pour la sciatique est contre-indiqué dans ces cas précis.

 

Sciatique hyperalgique

La sciatique hyperalgique est définie par une douleur très forte, difficilement supportable et qui résiste aux antalgiques les plus puissants (opiacés). Bien que la douleur soit totalement subjective, dans le cas de sciatique hyperalgique, elle limite fortement, voire empêche toutes les activités du quotidien. Elle conduit à des comportements d’évitement lors de la toux, des éternuements et de la défécation notamment.
Ce type de sciatique nécessite un traitement en urgence dans un délai de 6 à 8 jours environ : le paracétamol doit être prescrit en première intention, mais les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont plus efficaces, et enfin, les antalgiques de niveau 3 (opiacés) et l’infiltration péridurale peuvent améliorer la qualité de vie après cinq à dix jours.

Un véritable soulagement de la douleur est essentiel car si la sciatique hyperalgique devient chronique, cela peut aboutir à des hospitalisations répétées, voire une intervention chirurgicale.

Si la sciatique hyperalgique est liée à une hernie discale, il faut savoir que l’évolution naturelle d’une hernie discale est généralement positive. À six mois, des études ont montré une résolution partielle ou complète de la hernie chez les deux tiers des patients.

Le recours à la chirurgie reste généralement une exception. Cependant, lorsqu’elle est pratiquée au delà de 8 mois de l’apparition de la sciatique hyperalgique, les résultats post-opératoires sont moins bons.

Soyez rassuré, quel que soit le traitement, 95 % des cas de sciatique hyperalgique ont un bon pronostic à un an.

 

Sciatique paralysante

On évoque la sciatique paralysante lorsqu’on note un déficit moteur, c’est-à-dire une perte de force musculaire. Ce type d’atteinte représente 3 % des sciatiques. La douleur est parfois si intense qu’il est difficile de distinguer un véritable déficit moteur. Lors d’une compression du nerf sciatique, ce sont d’abord les fibres sensitives qui sont touchées (présence de la douleur) puis ensuite les fibres motrices (éventuellement présence de déficit moteur). Une fois la compression soulagée, la récupération des fibres motrices est rapide. Ce type de sciatique nécessite d’aller aux urgences pour vérifier qu’une atteinte du nerf ne nécessite pas un dégagement rapide par chirurgie.

L’existence de déficits moteurs dans la sciatique pose la question du traitement chirurgical et de son influence sur la récupération. La chirurgie n’est pas systématique dans ce cas. Dans certains cas, les médicaments seuls permettent de guérir complètement. Cependant, lorsque l’atteinte motrice est importante et que la survenue des symptômes est rapide, la chirurgie est souvent indiquée.

 

Sciatique avec un syndrome de la queue de cheval

syndrome de la queue de cheval

Elle s’accompagne de troubles au niveau des sphincters, c’est-à-dire une difficulté à se retenir d’uriner ou de déféquer. Elle est due à une compression des racines nerveuses basses, au niveau du sacrum. Cela peut également entraîner des symptômes au niveau des membres inférieurs. Il s’agit d’une pathologie grave mais rare. Il faut immédiatement aller aux urgences pour ce type de sciatique. L’opération chirurgicale est le traitement de choix.

La cause peut être une hernie discale, une tumeur ou encore une infection de la moelle épinière

 

En cas de doute, si vous êtes dans l’un de ces 3 cas, une consultation médicale d’urgence est recommandée.

Pour en savoir plus : Douleur sciatique – Sante.fr

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Stephane Manson osteopathe Charenton 94

Stéphane Manson
Ostéopathe, Kinésithérapeute, Éducateur sportif,  DU Posturologie Clinique, certifié La Clinique du Coureur

« J’adore lire la littérature médicale, les études, les articles sur la médecine en général. Je publie chaque semaine des nouveaux articles sur le thème de la santé. Suivez-moi sur Facebook pour vous tenir informé(e) ! »